Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Colonne : « C’est toujours du camping ? »

5/5 - (22 votes)

Dans notre nouvelle chronique, notre cher collègue Henning, blogueur, campeur résident, agitateur de groupe Facebook et sarcastique avoué, se penche sur des sujets qui font bouger le monde des campeurs.

Avec un clin d’œil et un ou deux commentaires accrocheurs, il analyse les discussions souvent animées sur les réseaux sociaux à propos du Thermomix, des chiens de camping, des navires épais, de ceux qui refusent de saluer et de câliner les campeurs. Amusez-vous à lire et dégagez la scène pour Henning !

Je conduis des camping-cars dans la région depuis plus de 25 ans. Tout a commencé en 1992 avec un bus VW, à l’époque sans le fondement théorique fourni aujourd’hui par d’innombrables forums et groupes Facebook sur le thème du camping. Difficile à imaginer aujourd’hui, mais à cette époque, les gens faisaient des choses sans demander au préalable à Internet toutes les expériences, astuces et préoccupations de leurs semblables.

Depuis le début de l’été 2013, je vis dans un mobil-home à temps pleinune forme de vie dont je n’ai découvert l’existence que sur Internet, sur des sites mythiques comme AMUMOT ou le site de Johnsonglobetrotter, qui de son propre aveu est mobile depuis une trentaine d’années, a depuis été fermée. Avec mon propre blog, j’accompagne ma vie en déplacement et depuis lors, ces groupes facebook et ces forums de camping sont mon passe-temps favori. j’appelle ça le « place de parking virtuelle ».

Par exemple, la question qui est particulièrement populaire dans le parking virtuel est :

« Est-ce que c’est toujours du camping ?! »

Encore et encore, des discussions sans fin surgissent ici, qui ne peuvent parfois être arrêtées que par une intervention courageuse de l’administrateur. Celles-ci sont généralement déclenchées par Photos de mobiles volumineux voire surdimensionnés sur une base de camion ou des questions sur les accessoires tels que Thermomix, robot aspirateur ou celui porté hélicoptère sur la remorque.

Quiconque se pose alors la question initiale de savoir si c’est « toujours du camping » est bien sûr heureux de se considérer comme un puriste et dernier défenseur de la pure doctrine du camping. Il s’avère assez rapidement, cependant, qu’il n’a pas dormi sur le matelas de sol dans la tente depuis longtemps et connaît le nom de chaque caillou sous le lit le matin. La frontière entre ce qui campe et ce qui ne campe plus peut donc être perçue comme fluide.

Juste un exemple :

j’ai eu récemment jeunes avec un bus VW spartiate comme voisins. Ils ont cuisiné avec un réchaud portable, dormi sur les bancs convertis et perchés sur des chaises pliantes antiques et très filigranes comme sièges d’extérieur. Cependant, ces petites chaises avaient l’avantage de prendre peu de place. Moi, d’un autre côté, j’ai à chaque fois sorti mon volumineux fauteuil à dossier haut du garage arrière. En pointant ma chaise, j’ai alors demandé si c’était toujours du camping. Nous avons tous trouvé cette pensée assez amusante et avons tourné notre attention vers des choses plus intéressantes, comme l’environnement ou le fait de dîner ensemble.



Bien sûr, ce n’est pas aussi facile sur la place de parking virtuelle que dans la vraie vie. Le sujet doit être abordé avec le plus de sérieux possible. L’important est que tout ce que j’ai soit indispensable, et que les autres l’aient aussi. Ce que je n’ai pas, en revanche, est dispensable et les autres n’en ont pas besoin non plusaprès tout, je peux m’en passer. Par exemple sans le Thermomix, le robot aspirateur ou l’hélicoptère sur la remorque.

Si je vis en vacances sans télévision du tout, je peux même m’élever moralement au-dessus de mes camarades campeurscar alors bien sûr je lis un bon livre pendant qu’ils traînent devant la télé. Donc, si vous posez des questions sur le bon réglage de l’antenne parabolique sur Facebook, vous pouvez presque être sûr que vous obtiendrez au moins une fois le conseil de vous passer complètement du tube et de lire à la place.

J’avoue que je n’ai pas non plus de télévision. Mais au lieu de lire et de m’instruire, je regarde surtout les gens sur le terrain virtuel. Est-ce mieux?

Revenons aux mobiles gros et surdimensionnés. On peut supposer que la plupart des gens qui voyagent avec lui ont tendance à ne pas y passer leurs vacances. De tels avions de luxe se trouvent souvent dans la zone VIP des événements et les protagonistes s’y retirent après l’événement. Ils ont généralement l’argent pour s’offrir un mobile où ils n’ont pas à se passer de quoi que ce soit, mais ils n’ont probablement pas l’ambition ni le temps de traverser un village de montagne italien avec. Les puristes de Facebook précisent alors, à juste titre certes, mais avec un ton un peu malicieux, que cela non plus ne sera pas possible.

Bien sûr, on ne peut nier que l’envie y résonne. Prenons le robot aspirateur. J’ai rarement vraiment envie de faire le ménage et si quelqu’un ramasse automatiquement la saleté du sol, ce serait formidable. Mais je n’ai pas de robot aspirateur. Maintenant, je peux me livrer au sentiment d’envie de tous les propriétaires de robots aspirateurs ou penser aux raisons pour lesquelles un tel robot aspirateur est en fait un non-sens.

Heureusement, dans mon cas, ils ont été trouvés rapidement, car mon plan d’étage dans le mobil-home en montre un Étape entre la zone avant avec cuisine, salle de bain et entrée et le coin salon arrière sur. Aucun robot aspirateur ne peut gérer ce pas de 22 cm. C’est pourquoi j’en ai en fait besoin de deux, l’un pour le coin salon, l’autre pour le reste.Deux robots aspirateurs ont besoin de deux stations de charge, les deux veulent utiliser de l’électricité, coûter de l’argent et prendre de la place. Alors reste sur le balai, grincheux…

Cependant, je peux certainement comprendre que quelqu’un qui travaille à l’extérieur du mobil-home pendant la journée et qui gagne beaucoup d’argent en même temps n’ait pas envie de passer l’aspirateur après le travail et préfère faire faire ce travail par une machine.

Même bien avant Facebook, les gens avaient de bonnes raisons compréhensibles et surtout très individuelles pour ce qu’ils faisaient ou ne faisaient pas, ce qu’ils avaient ou n’avaient pas. Vous ne le savez généralement que lorsque vous vous parlez. Cependant, nous ne pourrons probablement jamais déterminer de manière définitive où se situe la limite exacte entre « à peu près » et « plus » camper.

En apprendre plus