Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment se passe Halloween au Mexique ?

Rate this post

Pas de potirons gravés, ni de sorcières sur leurs balais, la célébration d’Halloween au Mexique est d’une toute autre nature. Connaissez-vous le « Dia de los Muertos » ? Cette fête des morts mexicaine, riche en traditions et en couleurs, se déroule en effet au même moment que Halloween, à la fin du mois d’octobre et début novembre. Mais attention, il ne s’agit pas de se faire peur. Bien au contraire, le Dia de los Muertos est une célébration joyeuse, où les vivants rendent hommage à leurs défunts avec affection et respect.

Voilons-nous le face pour un voyage culturel au cœur de la tradition mexicaine.

Une fête ancestrale

Le Dia de los Muertos est une tradition qui remonte à l’époque précolombienne. C’était une célébration sérieuse, un moment de recueillement, mais aussi d’allégresse. Les ancêtres étaient honorés, et leur retour parmi les vivants était attendu avec impatience. Face à la dominante culturelle des conquistadors espagnols, cette tradition a su résister et s’adapter pour devenir aujourd’hui un événement significatif dans la culture mexicaine.

C’est une fête où le Mexique se pare de ses plus belles couleurs et où le parfum des fleurs d’oranger et du copal (sorte d’encens) envahit les rues. Les cimetières se transforment en véritables champs de fleurs, les maisons sont décorées d’autels et les crânes en sucre et le pan de muerto (pain des morts) deviennent les stars des pâtisseries.

Comment se déroule le Dia de los Muertos ?

Le Dia de los Muertos se déroule sur plusieurs jours. Il commence le 31 octobre, jour où l’on accueille les âmes des enfants défunts. Le 1er novembre, c’est au tour des adultes. Et le 2 novembre, tous se rejoignent pour une grande fête.

Dans chaque maison, on prépare un autel où sont déposés des offrandes pour les défunts : des photos, leurs plats préférés, une bouteille de bière pour les amateurs, des cigarettes pour les fumeurs… rien n’est trop beau pour honorer ses proches disparus. Des bougies et des fleurs de cempasuchil (la fleur des morts) sont également disposées pour guider les âmes.

Le 2 novembre, les familles se rendent au cimetière pour nettoyer et décorer les tombes de leurs défunts. Là encore, des offrandes sont déposées et on pique-nique sur les tombes en partageant des anecdotes sur les défunts. C’est un moment de partage et de souvenir.

Les figures emblématiques du Dia de los Muertos

L’image traditionnelle du Dia de los Muertos est celle de la Catrina, un squelette féminin élégamment vêtu. Créée par l’artiste José Guadalupe Posada, la Catrina est devenue au fil des années le symbole de la mort et de la fête.

Les crânes en sucre et en chocolat sont également incontournables. Ils sont généralement décorés de motifs colorés et portent le nom du défunt. Ces sucreries sont à la fois offertes aux morts et dégustées par les vivants.

La reconnaissance internationale

En 2008, l’UNESCO a inscrit le Dia de los Muertos au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. C’est une reconnaissance importante qui souligne l’importance de cette fête au Mexique et dans le monde.

Aujourd’hui, le Dia de los Muertos est célébré bien au-delà des frontières mexicaines. Aux États-Unis, en Europe et même en Asie, de plus en plus de personnes adoptent cette tradition pour célébrer la mémoire de leurs défunts.

Halloween au Mexique : entre tradition et modernité

Si le Dia de los Muertos reste la célébration dominante à la fin octobre et début novembre au Mexique, Halloween n’est pas pour autant ignoré. Importée des États-Unis, cette fête a gagné en popularité, notamment chez les jeunes.

Il n’est pas rare de voir des enfants se déguiser et demander des bonbons ou des adolescents organiser des fêtes costumées. Cependant, ces célébrations restent souvent séparées de celle du Dia de los Muertos, qui conserve toute sa solennité et son importance.

Ainsi, le Mexique offre à la fin de l’automne un visage coloré et joyeux, où se mêlent tradition et modernité. C’est un pays où la mort n’est pas un sujet tabou, mais une réalité à célébrer. Alors si vous cherchez une façon originale et enrichissante de célébrer Halloween, pourquoi ne pas vous laisser tenter par le Dia de los Muertos ?

L’impact du cinéma sur le Dia de los Muertos

Si le Dia de los Muertos est une fête ancestrale, elle a aussi trouvé une certaine reconnaissance à travers le cinéma, et pas seulement dans les films mexicains. En effet, la culture mexicaine et cette fête particulière ont été représentées de façon remarquable dans quelques-unes des productions cinématographiques les plus appréciées de ces dernières années.

Le film d’animation de Disney-Pixar « Coco », sorti en 2017, est sans doute l’un des exemples les plus marquants. L’histoire se déroule pendant le Dia de los Muertos, et offre une représentation vivante et colorée de cette célébration, avec une attention particulière portée aux autels domestiques, aux offrandes et aux rituels propres à cette fête.

Un autre exemple notable est le film « Spectre » de la saga James Bond. La séquence d’ouverture, se déroulant lors d’une parade du Dia de los Muertos à Mexico, a contribué à populariser cette fête à l’échelle internationale. Toutefois, il est important de noter que, contrairement à ce que montre le film, les grandes parades de ce type sont une invention relativement récente et ne font pas partie de la tradition originelle.

Cependant, ces représentations cinématographiques, bien que parfois imprécises, ont contribué à faire connaître le Dia de los Muertos en dehors de l’Amérique latine, et à susciter l’intérêt et la curiosité pour cette fête et la culture mexicaine en général.

Les traditions spécifiques du Dia de los Muertos

Le Dia de los Muertos est riche en traditions spécifiques qui donnent à cette fête son caractère unique. L’une d’elles est l’utilisation du « papel picado », du papier découpé représentant souvent des squelettes ou des scènes de la vie quotidienne. Ces décorations, généralement très colorées, sont suspendues dans les rues, dans les maisons et sur les autels.

Les « calacas », soit des squelettes souvent habillés dans des costumes élégants, sont également un élément important de cette fête. Ils sont partout, dans les défilés, sur les autels, et même en tant que jouets pour les enfants. Ils sont généralement représentés en train de danser ou de faire la fête, reflétant la vision joyeuse de la mort au Mexique.

Un autre élément distinctif est la « ofrenda », l’offrande, qui est disposée sur l’autel familial. Elle se compose généralement de la nourriture préférée du défunt, de son boisson préférée, cela peut aller d’un verre de bière à une tasse de chocolat chaud, d’objets personnels, de photos, de bougies, de fleurs de cempasúchil et de papel picado.

En apprendre plus