Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Échoués dans la neige et au bord de la mer – Vanlife et Corona, partie 2

4.5/5 - (26 votes)

Se réveiller le matin en lisière de forêt ou avec vue sur la plage, rechercher les prochains lieux, les liberté prendre plaisir. La vie dans une camionnette ou un mobil-home semble donner une liberté illimitée. Mais maintenant, ce sont exactement ceux-ci frontières fermées. À cause de Corona. Et tout le monde ne pouvait ou ne voulait pas abandonner son voyage de longue haleine et sa vie nomade. Dans la deuxième partie de notre reportage sur la vanlife pendant la pandémie, nous avons retrouvé deux bus faisant le tour du monde – avec deux couples qui vers la fin du voyage a décidé. Dont un thriller particulièrement déjanté avec des autorités villageoises géorgiennes et des mitrailleuses russes.

Table des matières

  • Les Tiny Riders en fuite plutôt qu’en voyage
    • Russie : des situations menaçantes même sans Corona
    • Arrivé en exil en Scandinavie
  • Silkroad20 en Extrême-Orient
    • Un camp de plage en Thaïlande comme retraite

Les Tiny Riders en fuite plutôt qu’en voyage

Roland et Silke l’ont vu venir. En quelque sorte. Ils étaient assis en elle Overlander en Turquie alors que le coronavirus se propageait lentement à travers le monde depuis la Chine. « Nous avons observé de très près comment les différents États se comportaient et comment les cas étaient documentés », se souvient Roland de la situation début mars. comme Les petits cavaliers le couple voyageait depuis un moment avec leur véhicule pas vraiment petit, mais très autonome. En tournée mondiale. En raison de la situation politique avec l’offensive militaire à Idlib, Roland et Silke ont de toute façon été attirés de Turquie en Géorgie.

Ils voulaient en fait rester ici quelques semaines. « Mais nos observations nous ont permis de raccourcir notre séjour à cinq jours », explique Silke. Les écoles et les jardins d’enfants étaient déjà fermés et les deux se trouvaient au ministère de l’Agriculture à Tbilissi chassé par des policierslorsqu’ils ont jugé des médecins Certificats de santé pour leurs chiens pour le voyage prévu vers la Russie. Les bâtiments ont été mis en quarantaine. « Nous avons finalement obtenu les certificats de santé tard dans la soirée par des voies aventureuses auprès des autorités du village, puis nous avons roulé rapidement le long de la route militaire vers la frontière russe », rapporte Roland.

Russie : des situations menaçantes même sans Corona

Corona y était encore classée comme inoffensive à l’époque. « Mais nous avons quand même une très bonne impression de la façon dont les choses fonctionnent en Russie », dit Silke avec un soupir. « Indépendamment des soucis de santé, nous étions arrêtés et contrôlés tous les cinquante kilomètres. Cela est passé de contrôle des véhicules à travers les contrôles des passeports à une situation où nous avons été emmenés et interrogés sur des souvenirs dans un hangar par des policiers avec des mitrailleuses. Une fois, un policier s’est enfui en riant avec nos passeports. Puis il a été attrapé par un collègue et rappelé à l’ordre.
« Toutes ces expériences nous ont montré que nous ne voulons pas voir ce que les républiques russes proposent, une fois pour toutes. Corona fait rage dans le paysdit Roland sérieusement.

À partir de maintenant, le couple a jeté tous les plans restants par-dessus bord et a regardé en arrière L’Europe . « Il était clair pour nous que nous devions appuyer sur l’accélérateur maintenant. Jusqu’à présent, nous avons toujours eu une longueur d’avance, mais maintenant nous nous sommes soudainement retrouvés en difficulté. Les nations européennes ont progressivement fermé leurs frontières », se souvient Silke de la pression. Bien sûr, le véhicule a perdu maintenant de tous les temps liquide de frein et huile. « Alors qu’un nouveau sceau était fabriqué dans un atelier forestier, nous avons écrit au ministère des Affaires étrangères en Lettonie sur. Notre souhait était d’entrer dans les pays baltes. Nous avons de bons amis en Lituanie et nous avons imaginé y aller et nous asseoir dans un camion pour faire face à la crise corona dans leur propriété de campagne.

Mais rien n’en est sorti non plus. La réponse est venue de Lettonie que tout était serré. Roland et Silke ont quand même roulé vers l’Europe. Lorsqu’elle apprit peu avant Moscou qu’un Entrée en Finlande être possible. « Nous avons donc modifié une dernière fois le plan de route, au lieu de tourner à gauche vers la Lettonie, nous avons tourné à droite vers la Finlande », explique Roland de l’odyssée. « A la frontière, les Russes ne pouvaient rien faire avec nous et nous ont seulement informés que la frontière était fermée aux particuliers. J’ai pointé notre camion et nous pourrions tout faire en même temps un camion partir. » Les deux étaient finalement dans l’UE.

Arrivé en exil en Scandinavie

Depuis, les Tiny Riders sont en Finlande. Ici, ils peuvent se déplacer librement, mais ils ne le font pas parce qu’ils ne se sentent pas bien en ce moment. Ils restent dans leur Overlander jusqu’à 25 jours autosuffisant et visiter des endroits éloignés. 450 litres d’eau douce, un grand réfrigérateur et des panneaux solaires sur le toit sont des équipements standard. « Ici dans le nord, les cellules solaires de notre système de batterie au lithium de 320 ampères doivent parfois provenir du générateur, parfois du panneaux solaires mobiles être soutenu. Ce concept d’électricité est excellent dans l’isolement scandinave », se réjouit Silke. « Et notre chauffe-eau a toujours besoin d’un peu d’attention supplémentaire, mais nous avons aussi de l’eau chaude tout le temps. »

« Nous marquons sans réserve gentilles personnesqui sont complètement étonnés de voir comment nous sommes arrivés au pays », explique Roland en riant. « À partir de la Géorgie, il y avait une atmosphère d’évasion dans l’air. C’était d’abord une évasion d’un adversaire invisible, puis des restrictions. A la fin alors en tant que citoyen européen Se voir refuser l’entrée dans l’UE avait une qualité très spéciale.

Maintenant, le couple profite de la paix et de la tranquillité dans la solitude. Cela comprend de longues randonnées sur des lacs gelés et des forêts enneigées. « Tout ce que nous avons vraiment, c’est le maintenant. Qui sait quand le les frontières s’ouvrent à nouveau sont des overlanders pour nous. Tant de gens ne peuvent jamais faire un voyage comme celui-ci et pendant que nous sommes coincés quelque part, nous devrions juste essayer d’en tirer le meilleur parti. »

Silkroad20 en Extrême-Orient

Roman et Zofia par Route de la soie20 sont sur la route depuis un bon moment. Mais pas ensemble depuis le début. En mars 2019, Roman a commencé son Mercedes Sprinter de Salzbourg. Zofia avec sa moto à Varsovie. « Nous nous sommes rencontrés pour la première fois à Ispahan en Iran et voyageons ensemble depuis », dit Roman avec un sourire. « Elle a immédiatement emménagé chez moi avec tous ses bagages. À Islamabad, j’ai rapidement rallongé le lit car je n’avais pas prévu de voyager en couple. » Roman travaillait comme technicien informatique avant le voyage et Zofia travaille comme analyste Web en déplacement.

De la Extrême Orient a toujours eu une fascination particulière pour Roman. « C’est incroyablement excitant de voir comment les gens et leur mode de vie changent à mesure que je m’éloigne de chez moi », dit-il. Quand il puis de la soi-disant sentier hippie entendu, la route était dégagée. Nous sommes partis en Asie. De la mer Égée à la Turquie, une fois à travers l’Iran jusqu’au golfe Persique et à la frontière afghane via l’autoroute Karakorum Chine. « De là au Ladakh et au Cachemire et le long de l’Himalaya jusqu’au Népal. Après avoir traversé le Népal d’ouest en est, nous sommes retournés en Inde et sommes entrés en Thaïlande et au Cambodge via le Myanmar.

Un camp de plage en Thaïlande comme retraite

Puis la crise corona a frappé. « La situation s’est aggravée au Cambodge et nous avons appris par les médias ce qui se passait en Europe », se souvient Roman. « Nous avons décidé de quitter le Cambodge en quelques heures et sommes immédiatement de l’autre côté de la frontière avec la Thaïlande. Nous avons entendu les premières rumeurs de fermeture des frontières, mais heureusement nous avons pu quitter le pays sans problème après un bilan de santé de trente secondes. » L’équipe de Silkroad20 craignait que les soins médicaux au Cambodge ne soient vol de retour serait plus facile à organiser depuis la Thaïlande en cas d’urgence. Pas une minute trop tard, car les frontières ont fermé un jour plus tard.

« Nous savions que notre voyage serait soit très long arrêt viendrait ou même se terminerait », admet Roman avec un soupir. « Mais après toutes les aventures, je suis juste reconnaissant pour tout ce que j’ai vécu. » Après être entré en Thaïlande, le couple a traversé une île et a cherché un endroit où ils pourraient rester plus longtemps. « Nous sommes actuellement dans la position chanceuse d’avoir notre camp sur une belle Plage construit », explique Roman. Le couple trouve les habitants plus distants mais aussi très disciplinés en ce qui concerne les règles de sécurité et l’obligation de porter des masques. « Nous n’avons pas eu de très mauvaises réactions ici. »
Roman et Zofia sont donc désormais en Thaïlande. « Retourner à la maison et laisser les véhicules ici n’est actuellement pas une option. »

Photos (c) : Les petits cavaliers // Silkroad20

En apprendre plus