Un village de mini-maisons : L’idée de vivre mobile et alternativement

La fascination des wagons de chemin de fer. Sheldon Cooper l’avait déjà dans « The Big Bang Theory ». Thorsten Thane de Geretsried en Haute-Bavière l’a également obtenu. Mais sa passion et son engagement vont bien au-delà. Il ne veut pas seulement vivre dans un wagon de train, mais dans un village composé d’unités d’habitation mobiles. Un communauté créer avec des gens qui veulent vivre autrement. dans une petit village. Nous lui avons parlé de propriété, de droit de construire et de grandes visions :

Ils ont une vision d’un village, une communauté composée de petites maisons. Quand et comment exactement votre rêve de vivre de cette façon a-t-il commencé ?

J’avais 19 ans quand j’ai commencé ma première colocation suis dessiné. Depuis, j’aime la vie en colocation. Quand j’avais 21 ans, je suis parti à l’étranger pendant près de onze ans et pendant ce temps j’ai travaillé pour les Clubs ROBINSON pendant huit ans, entre autres [ROBINSON ist ein Touristikunternehmen und bietet Urlaube in 4-Sterne-Hotels direkt am Strand oder in den Bergen mit Sport-, Wellness- und Kulinarik an – Anm. d. Redaktion].
La vie dans les hôtels, c’est en fait un peu la vie communautaire, avec ses hauts et ses bas.

Mais à un moment donné, je suis arrivé à un point où j’ai eu le sentiment que je n’avais plus besoin ou que je ne voulais plus rien de tout cela. Du jour au lendemain, j’ai décidé de ne pas prolonger mon contrat avec ROBINSON et de rentrer en Allemagne. Là, j’ai alors à nouveau complètement la trentaine reparti de zéro. A l’époque, je n’avais été accepté que pour un stage de trois mois téléviseur miroir. Le stage s’est ensuite transformé en stage de monteur de télévision et le signal de départ d’une vie dans les médias : mouvement rapide, grande compétition, toujours sous tension.

Je fais ça depuis presque 16 ans maintenant. Mais à un moment donné, la pensée est revenue de ce rythme de vie rapide Sortez vouloir. J’ai donc commencé à chercher des projets existants qui correspondaient à mon idée de vivre en communauté. Pour faire court : je n’en ai pas trouvé (rires) !
Il y a presque deux ans, je suis tombé sur le sujet pour la première fois Petite maison rencontré J’étais un peu sceptique à ce sujet au début, mais j’ai vraiment aimé l’idée. Et plus je m’impliquais dans les petites maisons, plus cela devenait clair pour moi : cela pourrait être la base d’une communauté telle que je l’imaginais.

Qu’appréciez-vous dans un style de vie minimaliste ?

Je ne suis pas un « minimaliste‘ en phase avec la tendance actuelle. Je suis juste quelqu’un qui ne s’attache pas beaucoup aux choses matérielles. Pendant mon séjour à l’étranger, j’ai reçu toutes mes affaires dans deux boîtes en aluminium. Aujourd’hui quand père célibataire avec une fille de onze ans, je n’en serais bien sûr plus capable. Mais fondamentalement, je n’ai aucun problème à posséder très peu. Mes biens les plus importants sont les images, les odeurs et les impressions de mes nombreux voyages que j’ai stockées dans ma tête.

Qu’apprécieriez-vous le plus dans le fait de vivre dans un petit village ?

Communauté associée à la vie privée. Chacun vit comme il veut. Peu importe que vous soyez végétalien ou que vous ayez un fétichisme du cochon de lait. L’essentiel c’est que ça colle interpersonnel. Vivre et laisser vivre.

La vie dans le petit village : l'initiateur Thorsten Thane

Vivre dans une Tiny House est-il une vraie alternative à vivre dans un appartement (en ville) conventionnel ?

Oui et non. Vivre dans une Tiny House n’est pas comparable à vivre dans un appartement en ville. Les deux sont justifiés et il y a des gens qui veulent vivre d’une manière ou d’une autre pour les deux. Je trouverais aussi inutile de dire que Tiny House est la solution à la pénurie de logements. Bien sûr que c’est un non-sens ! Les politiciens aiment le présenter comme un « contre-argument ». En Allemagne, il semble toujours y avoir une seule solution. Soit diesel soit Voiture électrique. Soit une centrale au charbon, soit de l’électricité verte. Soit une petite maison, soit un logement social. Très évocateur de la monoculture en agriculture. Cela ne fonctionne pas non plus. Une solution à un problème se compose toujours de plusieurs parties individuelles.

Où en est le projet de réalisation du village ?

Difficile à dire, malheureusement ça stagne un peu en ce moment. Actuellement le politique pas vraiment disposé à nous ouvrir la voie. Nous avons de nombreux sympathisants – y compris à la mairie – mais nous ne semblons pas encore assez pertinents politiquement. Mais nous y travaillons (sourire).

Quels obstacles y a-t-il d’après votre expérience en droit de la construction et lors de la création d’une petite maison ?

À mon avis, le plus gros obstacle pour les petites maisons est qu’elles sont considérées comme des biens immobiliers. Du moins si vous souhaitez y habiter en permanence. Un ajustement est nécessaire ici droit de construire pour mobilier habité en permanence [Mobilien ist der Oberbegriff für alle beweglichen Sachen wie zum Beispiel Fahrzeuge, Maschinen oder Geräte, Anm. d. Redaktion]. D’une part, cela a à voir avec la réglementation énergétique. Mais beaucoup plus importante est la question des terrains à bâtir. Le terrain à bâtir est un préalable absolu à l’immobilier. Un meuble, en revanche, pourrait également être situé ailleurs, puisqu’il n’a pas à s’y trouver en permanence. Donc ne devrait pas être fond scellé devenir parce qu’il peut être déplacé rapidement. Il ne s’agit pas non plus de vouloir se tenir dans une forêt au bord du lac. Nous voulons utiliser beaucoup plus de périphéries urbaines déjà développées qui ne sont tout simplement pas annoncées comme des terrains à bâtir. C’est un sujet très complexe.

Quelles réactions avez-vous eues à votre projet en dehors des autorités, par exemple de la part d’amis ou de collègues ?

Dans l’ensemble, nous devenons super commentaire positif. Tant par des amis et des connaissances, que du côté politique. C’est juste que personne là-bas ne veut vraiment nous défendre pour le moment. politique de Merkel. Asseyez-vous aussi longtemps que possible (rires). Nous devrons avoir de l’endurance pour cela.

Vous avez toujours rêvé de vivre dans un ancien wagon de train ? Si le village devient réel, votre petite maison sera-t-elle un wagon de chemin de fer ou avez-vous d’autres projets ?

Le wagon de chemin de fer serait vraiment un rêve, mais il est trop immobile. je rénove un ancien chariot de cirque. C’est quelque chose comme ça.

Le village doit-il fonctionner de manière autonome ou sera-t-il raccordé aux réseaux publics (eau, électricité,…) ?

Le village doit définitivement être connecté au public. Ainsi, chaque résident a toutes les options de la façon dont il veut vivre : autosuffisantpartiellement autosuffisant ou entièrement alimenté en externe.

Si vous pouviez concevoir une petite utopie du vivre ensemble et de la vie en société (que ce soit à la ville ou à la campagne), à ​​quoi ressemblerait-elle ?

Loin de la méritocratie, vers une vraie solidarité les uns avec les autres. Mais ce serait un sujet complet en soi !

Photos (c) : Thorsten Thane

En apprendre plus